Blind Guardian – Fuyez, mécréant !

Tremble, simple mortel.

Avertissement au lecteur :
    Si vous avez le t-shirt assorti au sujet de cet article et la chevelure fournie avec, Excalibur made in China planquée au fond de votre armoire et une place dans votre calendrier pour un jeu de rôle IRL version « Mon ancêtre Barbare », je vous en prie… non, je vous en supplie, passez votre chemin. Ce n’est pas de la discrimination, c’est juste que je ne veux pas mourir écrasée par un coup de masse médiévale, assenée dans la nuit par un quelconque fan hystérique.

    Si je vous dis « Speed Power Metal », qu’êtes-vous censés faire ? Non, ne répondez pas tout de suite. Il faut d’abord passer par la case test avant d’affirmer qu’on a cerné l’entière dimension de ce genre quasiment… comment dire… humoristique. Car oui, rien que pour vous (et aussi parce qu’on ma forcée), j’ai écouté le dernier album des terribles Blind Guardian – anciennement Lucifer’s Heritage (comment ça, le nom parle de lui même ?) – , j’ai nommé At The Edge Of Time.
Bien que le metal allemand ne m’ait jamais inspiré plus qu’un certain dédain pompeux, il m’est apparu cependant une certaine curiosité à l’égard de ce style si particulier (et diversifié… enfin presque). Lorsqu’on m’a demandé de rédiger une critique de cet album, j’ai d’abord eu un rictus de dégoût profond avant de me raisonner et me dire qu’après tout, l’expérience pouvait en valoir la peine. Je remplacerais donc d’ores et déjà le terme d’ « expérience » par celui de « sacrifice ». Après tout, ça collera mieux au sujet.

    L’album s’ouvre donc sur Sacred Worlds, dont l’intro, à mon grand étonnement, est un festival d’arrangements orchestraux vraiment agréables. Oui, j’ai aimé cette ouverture grandiose, violons vibrants, choeurs, grosses caisses et cymbales menaçantes. Impression surement due à mes années de geekage sur Warcraft et sa bande son si géniale. L’apparition de la guitare et de son rythme si « metal mon amour » ne m’a pas pour autant dégoûtée (enfin pas pour le moment), et j’ai relativement apprécié cette entrée en matière. De même pour certaines autres chansons, comme War of the Thrones ou Curse My Name.

    Mais voilà, At The Edge Of Times n’est pas un album pour fillettes, alors les Blind Guardian on sorti l’artillerie lourde, comme, je l’imagine, à leur habitude. En dehors des deux ou trois chansons sus-citées, l’album empeste la testostérone, à grandes giclées de riffs, de hurlements, de grognements et autres virilités obligatoire pour le genre. Sans parler de la longueur inutile des chansons. Certaines chansons m’ont carrément filé la migraine, Tanelorn (dont le refrain vaut malgré tout le détour) ou A Voice in the Dark pour n’en citer que quelques unes. C’est lourd, c’est répétitif, comme un potage bien épais que mamie a accompagné de patates trop cuites. On s’y enlise avant de tout recracher. Burp.

    Il en ressort donc un vrai dégoût du genre. Un Barbare à la guitare, ça va, c’est quand y en a beaucoup que ça fait des problèmes. Mais malgré le frisson d’horreur qui me parcourt désormais l’échine quand on me cause « power metal allemand », je reste assez admirative du travail des Blind Guardian. Le style n’est certes pas du tout à mon goût, mais on ne peut nier que certaines compositions sont recherchées, les rythmes parfois astucieusement diversifiés, les mélodies souvent poussées à leurs extrêmes. Les inspirations médiévales, épiques et fantastiques sont aussi intéressantes, d’un certain point de vue. Alors non, ce n’est pas un grand/bon album, mais c’est très certainement un travail gigantesque, ne serait-ce par exemple que pour la composition de Sacred Worlds, ou encore Wheel of Time. Rares sont les groupes parvenant à manier un arrangement symphonique et à l’intégrer à un tel style musical. Et vu l’âge des membres du groupe, une telle énergie mérite un applaudissement. J’ai dit UN applaudissement, pas plus, hm.

Conclusion : n’écoutez pas Blind Guardian, sauf si vous venez d’emprunter un portail temporel et que vous vous retrouvez perdu aux alentours du XIIIe siècle au beau milieu d’un champ de bataille. A défaut de vous fournir un skill suffisant pour trancher la tête du barbare qui vous fonce dessus, ça vous donnera peut-être une sorte de motivation historiquement appropriée.

Artiste : Blind Guardian
Album : At the Edge of Time 
Genre : Speed Power Metal
Sortie : 30 juillet 2010

Publicités

4 réflexions sur “Blind Guardian – Fuyez, mécréant !

  1. Lyes dit :

    Je mets zéro à cette critique. T'es trop jeune pour voir toute la subtilité et le génie des Blind Guardian. Tu manques de maturité musicale.Tu devrais écouter la discographie complète du groupe.

  2. Athanatoy dit :

    Tu vas venir m'étouffer dans mon sommeil ? J'attends.Non, honnêtement, j'ai écouté pas mal de métal il fut un temps, et malgré tout y a des chansons de cet album qui ne sont vraiment, VRAIMENT pas digeste. Navrée d'avoir blessé ta virilité musicale.

  3. Sliwa dit :

    J'approuve pour les arrangements symphoniques, je n'ai écouté que Sacred Worlds, et je trouve qu'avant la bruyante entrée de la guitare, c'était assez sympathique. (d'ailleurs, je trouve que c'est vachement inspiré du Vol du Bourdon de Korsakov à un moment.) ((et sinon, ce commentaire n'est pas complètement useless, parce qu'il me semble que tu cherchais à intégrer un lecteur Deezer, c'est possible si tu mets les chansons sur une playlist.))

  4. Athanatoy dit :

    Effectivement, l'intro de Sacred World m'a parue vraiment bien, aboutie, travaillée, bref, j'approuve. Ceci dit j'ai pas noté la ressemblance avec le Vol du Bourdon, peut-être parce que ça fait longtemps que je ne l'ai pas écouté… mais je m'en vais le faire de ce pas :DPour le lecteur deezer, j'avais fini par trouver ce système de playlist, mais ça me gonfle un peu. J'en resterai aux vidéos vimeos pour les écoutes, d'autant que je trouve ça parfois intéressant d'avoir le clip à portée de main, une image apporte souvent quelques précisions sur le style de l'artiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :