KAWAII DESU NEEEE ?

Je suis la première à combattre une injustice quand j’en rencontre une. C’est mon côté Batgirl.
Aujourd’hui, je m’attaque à une injustice gigantesque comme le monde, l’injustice terriblement néfaste qui s’abat sur le peuple JAPONAIS.
Depuis la vague « japonisante » qui fait toujours fureur sur notre bon territoire français, on a collé un bon million d’étiquettes à nos copains les bridés, et une des plus ancrées reste celle de la musique.

Qu’est-ce que la musique japonaise aux yeux de 99% des français :

 

Voilà. 4 ou 5 mecs qui ont visiblement trouvé comme but dans la vie de devenir hermaphrodites, et qui font passer le Japon tout entier comme un pays de guignols où tout le monde se trimballe avec des perruques ridicules et où les mecs aiment porter des jupes en dentelle (coucou Lady Gaga). Bon, c’est peut-être souvent le cas mais NE GENERALISONS PAS. Le phénomène en est à un tel point que le look a supplanté la musique, et qu’on classe désormais certains groupes non plus sur leur musique mais sur leur look (Conseil à ne pas suivre N°1 : taper « visual kei » sur Google Images).

Bon, bref, tout ça me révolte, parce que le Japon possède aussi d’EXCELLENTS artistes (comme partout dans le monde), et il serait bien dommage de limiter l’art musical japonais à trois blaireaux avec des couettes. J’ai donc concocté une petite PLAYLIST de certains de mes artistes favoris, et ce dans des styles très différents avec pour but qu’au moins UNE chanson vous plaise.

Quelques petites indications générales avant de commencer l’écoute :
Si vous êtes totalement néophyte de la langue japonaise, il faut savoir que l’écoute est différente d’une chanson en anglais ou dans une autre langue, puisque c’est une langue qui fonctionne par syllabes. Elle est donc naturellement peu fluide et relativement saccadée.
Si vous êtes totalement néophyte de la musique japonaise, il est important de savoir qu’il y a quelques caractéristiques musicales typiques de la culture locale. L’exemple premier est celui du trémolo dans la voix. Un peu comme notre chanteur à textes chiants pour la France, le trémolo dans la voix est absolument typique du Japon et s’applique dans une grande majorité des genres musicaux. (J’ai quand même fait en sorte de ne vous trouver quasiment que des artistes qui ont laissé tomber cette bizarrerie locale).
Ces deux caractéristiques primordiales peuvent être source de gêne voire de rejet. Un conseil : la musique reste de la musique, que la langue soit saccadée et que la voix vibre ou pas. Il faut juste savoir passer au-dessus pour écouter le reste.

1-      Nujabes

Ne pas mettre Nujabes dans une playlist japonaise aurait été du blasphème. Nujabes, ou plutôt Seba Jun de son vrai nom (c du verlan ptdr), était un DJ et producteur de hip-hop et trip-hop, un génie qui aimait récupérer des samples de jazz ou de soul et les plaquer sous le flow de featuring relativement prestigieux. Il est décédé il y a 2 ans d’un accident de voiture ALORS PLEUREZ, BORDEL.

 

Il a entre autres signé la BO de quelques chansons de l’excellentissimement génial animé Samurai Champloo (je ne cesserai jamais de louer ce bijou), dont la chanson Battlecry (feat Shin02) fait l’opening.

 

2-      POLYSICS

BOOM, le cerveau à l’envers. Si vous ne connaissez pas Polysics, c’est que vous n’avez vraiment aucune connaissance ni affinité avec le Japon, c’est bien dommage d’être aussi inculte, mais on va y remédier tout de suite. On reconnaît souvent les Polysics à leur combi orange dégueulasse type Aperture Science des mauvais jours, et à leurs lunettes swaggy qui leur censure le visage. Pour décrire un peu le groupe, je m’en remets à l’ami Wiki qui décrète deux points ouvrez les guillemets :

« Le groupe décrit son style comme étant « du pogo punk technicolor ». » … « Les paroles des chansons de Polysics sont constituées en général de japonais, de mauvais anglais ou carrément juste de charabia. » Voilà.

N’ayez pas peur, ça reste très cool.

 

3-      Utada Hikaru

J’en vois déjà deux au fond qui frissonne. Pas de panique les gars. Utada Hikaru, c’est la crème du nian-nian japonais, le genre qui fait de la pop-soupe à deux yens et qui est une star nationale voir planétaire. MAIS, il y a des gens plutôt intelligents qui ont eu l’idée d’en faire des remixes.

Ici, je vous envoie vers M-flo et son remix de Final Distance, qui reste encore assez « bling-pop » mais que je trouve assez foutrement bien réussi.

(La => version originale <= vous montrera bien à quel point ça a été amélioré)

4-      Ikue Asazaki

On va tous se calmer. S’asseoir au bord de l’eau et fermer les yeux. J’ai pas l’habitude d’aimer les vieux, mais elle, c’est un sacré bout de femme. Ikue Asazaki, du haut de ses 76 ans, est héritière de la musique traditionnelle japonaise, plus spécifiquement de la musique traditionnelle d’Okinawa, notamment de îles Ryukyu. Et oui, quand on veut parler de musique, il faut bien qu’on mentionne au moins la musique traditionnelle. En tout cas quand elle en vaut le détour. Warning : c’est particulier, mais très mélodieux.

(N.B : cette chanson fait aussi partie de l’OST de Samurai Champloo, pour vous dire à quel point c’est trop super).

5-      RIP SLYME

On revient dans notre bon XXIème siècle et on en profite pour mélanger les genres : le hip-hop, c’est cool, mais c’est mieux quand on y met un peu de classe et de folie. RIP SLYME, quatre rappeurs et un DJ, s’y colle, et le résultat est Funkastique.

6-      Capsule

Il est temps de plonger dans la crème du la choupignonerie. Capsule, au départ, c’est un duo de Jpop, plus précisément de Shibuya-kei (pour faire court, de l’électro-pop), qui a évolué progressivement vers de l’électro beaucoup plus brute. Ils ont malgré tout réussi à maintenir une certaine qualité à toutes leurs compositions, dans tous les styles différents. Mais mon cœur reviendra toujours à ce côté « Courrèges » des premier albums de Capsule, et à l’envie qu’ils procurent de manger des chatons et de cracher des arc-en-ciel.

7-      Omodaka

En parlant de virage électro, on va en prendre un tout de suite : Omodaka est un projet visant à lier une musique fusionnant le 8-bit et la musique traditionnelle, et un univers graphique très soigné et diversifié.

Et un petit extrait de live (toi aussi, fais chanter la madame dans la télévision) :

8-      Coaltar Of The Deepers

Voici venu le quart d’heure dépressif. Si vous êtes trop heureux passez votre chemin, ici on broie du noir sur des trucs phasants. COTD est un groupe vraaaiment spécial, qui a produit un peu de tout, allant du metal à l’électro, mais toujours dans des sonorités assez planantes. C’est le genre de trucs à écouter le soir quand on réfléchit un peu trop au sens de la vie.

9-      Kojima Mayumi

On va finir sur une note joyeuse : du jazz ! Parce que les japonais aussi sont capables de se la jouer vintage et de faire du bon. Et la talentueuse Kojima Mayumi (déjà 11 albums à son actif !) met toute son énergie dans cet ouvrage.

Voilà, voilà, j’espère que ça vous a (un peu) plu, ou du moins a changé l’image que vous pouviez avoir du Japon et en particulier de la musique, qui est finalement tout aussi diversifiée et élaborée que la notre ou que celle de n’importe quel pays, et qui ne se limite pas injustement à 4 ou 5 groupes de drag queens.
Oh, et quelqu’un m’a dit un jour que la musique japonaise n’était pas intéressante parce qu’elle ne faisait que copier la musique américaine et européenne. Réfléchissons donc à l’intérêt que représente 90% des groupes et artistes français d’aujourd’hui vis-à-vis de ces artistes japonais. Ce n’est sans doute pas parce qu’il y a inspiration des genres que la musique en est moins bonne. Au contraire, le brassement des styles et des genres, comme le fond Omodaka par exemple, peut se révéler créatif.

Allez, sayonara le peuple.

Publicités

2 réflexions sur “KAWAII DESU NEEEE ?

  1. Shiro Akira dit :

    Je reconnais que tu as d’une part raison. Et qu’il faut reconnaître que l’esthétique est largement mis en avant par rapport au tallent de certains musiciens Japonais.
    J’ai cru remarquer que tu aimais beaucoup le Rap et le Jazz. Bref, j’en reviens à mes moutons; l’esthétique est mis en avant, oui c’est fait exprès je tiens à vous rassurer. C’est le Visual Kei : on en prend pleins dans les yeux plus que l’on en prend dans les oreilles. Le Ce genre musical est né du groupe X-Japon (Le plus connu certainement dans les début du Vkei) ils se sont inspirés du visuel et de la musique occidental, surtout britannique. Mais si tu y fais plus attention, on égal quand même la musique avec le visuel. Et bien sure, si ca fait fureur, c’est que ca plait comme ca et pas autrement mais c’est en passant par ce style de musique qu’on apprend à découvrir d’autres genres de musiques, plus traditionnelles du Japon.;J’aimerais quand même que tu jettes un coup d’oeil aux groupes Kiryu et Kagrra qui gardent le côté traditionnel du Japon, bien sure cela reste du Visual Kei. http://www.youtube.com/watch?v=r6eo_8_SF50
    Vois par toi-même, et ouvres toi un peu plus si tu prétends aimer le Japon. (Non, je ne dis pas ca méchamment)
    Les « Guignolles » que tu as présenté en premier (Et ca m’a bien fait rire d’ailleurs) ne font pas de Visual kei, mais de l’Oshare Kei. C’est un genre musical plus joyeux, plus coloré et peut être plus tolérant. C’est un Sous genre du Vkei, bien sure, il en existe des tas d’autres comme l’Anguro Kei, L’Eroguro Kei, Le Gosu Kei,ou encore le Kurofuku kei et j’en passe !! Mais dans tous ces genres, il est vrai que l’esthétique penchera sur un côté « androgyne ». Le genre et les sous-genres musicaux que je viens de citer, sont tous visuellement caractérisés par le maquillage.
    Et je rajouterais, pour tout ceux et celles qui veulent devenir « Visual kei », que c’est uniquement un genre musical, et pas l’inverse, à ne pas confondre !

    • bexisnuts dit :

      Haha j’approuve totalement ton commentaire ! Après ta réponse si détaillée je me dois de justifier mon ironie concernant le visual kei en général : à mes heures lycéennes, une majeure partie de mes amis étaient fans sinon complètement adeptes du visual kei et tous leurs sous-genres (et ils avaient effectivement le look associé). C’est donc un domaine dans lequel j’ai baigné quasi quotidiennement pendant trois longues années… et que je connais pour le coup plutôt bien (j’étais d’ailleurs assez fan de An Café, d’où mon choix un peu auto-sarcastique de la photo).

      Tu remarqueras par contre que cet article n’est pas un descriptif des musiques actuelles au Japon, mais simplement une petite playlist des choses que j’ai découvertes au fil du temps et qui m’ont beaucoup plu. Ce sont des morceaux/artistes/genres que mes amis au lycée n’écoutaient pas, pour le coup, et que j’ai découvert par moi-même, en me penchant plus sur la diversité de la culture musicale japonaise. C’est aussi pour cela que j’ai choisi de ne pas mettre en avant le visual kei (et, j’avoue, le discréditer un peu en passant… mais ça reste de l’humour bien entendu), parce que en trois ans dans l’intégralité de mon entourage, personne n’a eu le réflexe d’aller voir ailleurs et de sortir du « confort » du visual kei qui se vend franchement bien en France. Aujourd’hui, quand on va discuter avec des jeunes qui s’intéressent un petit peu à la culture musicale japonaise, et qu’on leur demande des noms de groupes ou chanteurs, il est rare de ne pas tomber sur du Miyavi, X-Japan, L’Arc-en-Ciel, ou encore les groupes de Jpop type AKB48 et Morning Musume. Cet article a donc plus pour but de faire découvrir les AUTRES trésors de la musique japonaise, dans des styles divers, et écarter un style musical beaucoup trop commercialisé ici en France à mon goût : le visual kei.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :