Archives de Catégorie: Concerts

Compte-rendu : les découvertes de Rock en Seine

Plus d’un mois après le festival (oui, oui, je sais, mais je préférais mettre le blog à jour avant), outre les grosses têtes d’affiches, et malgré la déception du choix de programmation (qui n’égalera cependant pas la nullité de la Fête de l’Huma), cette 9ème édition a aussi apporté son lot de bonnes (re)découvertes.

Broutant le gazon vert du parc de Saint-Cloud du 26 au 28 août 2011, des centaines de milliers de franciliens et autres mélomanes se sont promenés entre les 4 différentes scènes et ont pu y apprécier nombres de bonnes choses (ou pas d’ailleurs, et je m’empresse de couronner les BB Brunes plus mauvaise performance du week-end) mais également faire connaissance avec des artistes plus méconnus et qui méritent d’être mentionnés.

Ma première découverte du weekend se porte sur Paul Kalkbrenner, dont j’ignorais tout jusqu’à 23h ce vendredi. Excellent DJ allemand qui a su transporter la foule en cette première veillée, propager ses basses vibrantes, sous un festival de couleurs sur écrans géants et moult lumières virevoltantes. La chaleur dans la fosse était insoutenable, mais qu’importe, le son était bien là. Comble de la joie, une fine averse est venue apporter le salut pour nous laisser la force de danser quelques minutes de plus. Rappel glorieux pour clore la première nuit. Au final un artiste que je conseille vivement, mais qu’il vaut nettement mieux vivre en live qu’en mp3.

 

Remontez vos shortys, jetez vos bras en l’air et faites place au duo (autrefois trio) explosif Le Corps Mince de Françoise, venu tout droit d’Helsinki pour déverser sa pop radieuse et énergique sur le sol parisien. Les deux soeurs ont démonté la Scène Pression Live à coups de micro-tubes repris en rythme par les parapluies de la foule. Seul soleil présent dans cette univers de gris, la chanteuse a su faire oublier la tristesse de ce samedi et répandre la bonne humeur chez la centaine de courageux collés à la scène sous une pluie battante. Une redécouverte qui m’a fait bien plaisir, moi qui attendais de les voir depuis des années. Un seul mot : foncez.

 

Mon avis reste extrêmement partagé sur Austra, même si je préfère en discuter quand même : sorte de synthpop aux sonorités new wave, le groupe mené par la peroxydée Katie Pelmanis a quelques bons arguments et pas mal de points douteux à mes yeux. Les mélodies extrêmement mélodiques et éthérées méritent une bonne note, malheureusement redescendue par l’aspect « déjà vu » des accompagnements, et par la voix de la chanteuse qui finit par fatiguer assez rapidement. Ceci dit, à voir en concert pour la petite expérience, les chorégraphies solo de Pelmanis valent le détour. [Et difficile de faire plus hipster, je vous préviens]

 

Une des très bonnes surprises du weekend aura été Nneka, chanteuse de hip-hop / soul nigériane installée en Allemagne, venue nous entrainer dans ses chants engagés autant qu’engageants, dans une ambiance détendue et vraiment agréable. Entouré d’un crew d’excellents musiciens, ce petit bout de femme a plongé la foule dans des alternances de reggae, hip-hop et soul servis par une voie puissante et une vraie présence sur scène. Le style était inattendu sur les pelouses du domaine de Saint-Cloud, mais a fait son petit effet, et Nneka a été une des rares artistes à m’avoir donné une réelle, grosse envie d’en écouter plus.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :