Archives de Catégorie: EP

Deux (!) shooters pour la route – Okinawa Lifestyle / NASSER

Chez Drums & Drinks, l’électro, c’est un dada, un dossier qu’on aime bien ressortir de temps en temps pour dé-stresser nos nuques endolories par le travail, le ménage, les enfants, la promenade matinale du caniche… BREF, par la vie.

A l’occasion de la sortie du tout nouveau Justice, et en attendant la critique associée qui se cuisine en arrière-boutique, on est allés piocher dans le chapeau magique pour en sortir 2 artistes pas assez connus pour être officiellement excellents, mais qui remuent plus ton arrière-train que le boogie de mamie.

OKINAWA LIFESTYLE – Black Sea Shark

Entends-tu le chant d’espoir qui se cache derrière ce nom résolument hype ? On y croirait presque, à les imaginer déambuler dans les rues d’Okinawa, le beat dans le creux de l’oreille. Et bien non. David Datunashvili et Gigi Jikia, les deux cerveaux de ce duo cosmique ont plutôt tendance à se promener sur le bitume de Tbilissi, puisque c’est depuis la Géorgie qu’ils envoient leurs bonnes ondes.

Leur dernière comète lâchée en mai dernier est en écoute gratuite sur leur bandcamp.

NASSER – Come On (Buggin’ remix)

Avant, il y avait Marseille. Laide, froide, sale. Marseille, quoi.
Puis naquirent Nicolas, Simon et Romain, NSR devinrent NASSER, et de NASSER naquit la vraie Marseille. La Marseille de l’électro-punk comme seuls les frenchies savent le faire. Ceux qui ne tombent pas la chemise mais la mouillent pour mieux nous plonger dans leur bain glacé.
Le 8 novembre 2010, le trio sortait « NASSER #3« , EP un peu caché de 5 remixes réalisés par le groupe, accompagnés en bonus track du remix de leur dernier tube Come On par les deux parisiens de Buggin’. Quasi inexistant sur les internets, ce remix est pourtant de loin le meilleur à avoir été réalisé sur le morceau.


Allez, comme je suis trop bonne, je vous lâche NASSER #3 par là, et j’en profite pour vous recommander le groupe en concert.
A consommer sans modération.

Bex

Polock – Nice To Meet You

COUCOU LES TWINKOS

Aujourd’hui, un petit shooter sur un groupe de pop. Espagnol. Actuel. Présenté comme ça, ça donne autant envie que la sortie de Léa Passion Tricot. Sauf que contrairement à tout les groupes de pop actuels, le groupe Polock sait ce qu’on attend de lui : des mélodies de qualitay entrainantes, des riffs accrocheurs, des changements de rythme bienvenus, des voix qui s’accordent bien, du Fender Rhodes, et un batteur qui tape pas trop comme un bourrin. Et mine de rien, ça change tout. Et ça donne la pêche le matin

 

Jabberwoocky

Tagué , ,

We Are Trees – Boyfriend (EP)

   Le monde musical fait souvent sugir de ses entrailles quelques petites découvertes qui méritent d’être mentionnées (à défaut d’être acclamées). C’est le cas de We Are Trees, petit groupe relativement inconnu basé à Virginia Beach, qui a planté en novembre dernier leur premier EP, Boyfriend. 4 chansons pour découvrir leur micro-univers, dont la charpente, toute de bois érigée, fait résonner violon et violoncelle sur des rythmes légers et entrainants. Promenade champêtre dans un monde où les hommes se changent en arbres et abrittent les demoiselles en fleurs.

    Boyfriend entame sa ballade avec Sunrise Sunset, petit tube Indie/folk, mené par une batterie accrocheuse et la voix douce et ronde de James Nee. A grands jets de « Oh-oh-ooh-ooh-oh… » les graines sont plantées, et introduisent le style de We Are Trees, proche des Grizzly Bear selon les dires, et rappelant même quelques contructions Andrew Bird-iennes (et ça, c’est pas du boudin). La guitare se fait assez discrète, et laisse la parole aux mélodies d’arrière-plan caressées par le violon et le violoncelle (instruments rares dans ce genre de petites formations toutes jeunes, et donc un très bon point), et au rythme sec et claquant de la batterie qui domine le tout. C’est léger, chaleureux, ça craque sous la dent et nous rapelle l’été, un morceau de soleil bien nécessaire en cette période de flocons et de température inférieures.
    Malheureusement, tous les arbres finissent par se ressembler. Et c’est là que Boyfriend perd de sa saveur. Les compositions suivent un peu toutes la même structure, et les « Oh-oh » de J.Nee deviennent relativement lassants à la longue, trop mécaniquement utilisés pour combler les refrains et peu diversifiés. Outre Sunrise Sunset, les chansons peinent à se démarquer et empêchent le groupe de gagner une meilleure étiquette. Pourtant, ces jeunes-là ont toutes les clés en main pour faire leurs preuves, et on attendra d’eux bien mieux pour leurs prochaines compositions.

En conclusion : Agréable mais trop répétitif, il mérite malgré tout une écoute attentive en attendant une vraie réussite.

Artiste : We Are Trees
Album : Boyfriend (EP)
Genre : Indie / pop-folk
Label : Collective Crowd Records
Sortie : 5 juillet 2010 (LP disponible depuis le 9 novembre 2010)

%d blogueurs aiment cette page :